Prix TTC et frais de port offerts pour la France métropolitaine : PROFITEZ EN ! 

Votre panier

Votre panier est vide !

Continuer vos achats

Quelles alternatives vegan au cuir en 2018 ? - 1/2

by Daria Blackvegan |

Quelles alternatives vegan au cuir en 2018 ?

Vous êtes devenu vegan ou vous tentez progressivement de supprimer les produits animaux de votre quotidien.
Mais par quoi remplacer le cuir de vos chaussures ou de votre sac ?
Le cuir animal est de plus en plus remis en cause pour des questions éthiques et écologiques.

Heureusement les alternatives se multiplient, le “cuir vegan” se décline en une profusion de nouvelles matières, textures, et couleurs.

Alors lesquelles choisir ? Pour quels usages ?
On vous aide à y voir plus clair et découvrir ces nouvelles matières.


Des alternatives végétales surprenantes


Le règne végétal, riche et varié, inspire de plus en plus les fabricants.
Voici un éventail des nouvelles matières d’aujourd’hui et de demain, issues du recyclage de déchets agricoles, d’arbres, de feuilles ou de fruits.

D’où viennent-elles ? Quelles sont leurs particularités ?

Découverte de ces nouvelles alternatives, des plus connues aux plus inattendues...


  • Le cuir d’ananas (Piñatex™) : Inventé par le Dr. Carmen Hojisa, inspirée par les tenues traditionnelles en fibres de feuilles d’ananas des philippines. Cette matière végétale est également très écologique, puisqu’elle est constituée des déchets de plantations d’ananas. 16 plants soit environ 480 feuilles, suffisent à produire 1m² de pinatex. Jusqu’ici 13 millions de tonnes de feuilles étaient jetées ou brûlées.
    Le traitement des feuilles offre également un revenu supplémentaire aux cultivateurs d’ananas.
    Cette nouvelle matière ressemble à du cuir, elle est solide, biodégradable, douce au toucher, résiste à l’eau, peut être teintée, lissée, imprimée...etc.
    On peut en faire des sacs, chaussures, montres, chapeaux et même en recouvrir des sièges auto ou des fauteuils.
    Cerise sur le gâteau, le coût du m² de Pinatex est inférieur à celui du cuir !
    Il existe déjà de nombreux produits tirant partie de cette nouvelle matière, les marques Puma et Camper ont également réalisé des prototypes.

  • Le cuir de pommes (Pellemela) : Né d’une idée d’Alberto Volcan, ingénieur Italien soucieux du recyclage des déchets, le papier de pomme est devenu cuir de pomme. Cette matière est végane, écologique, respirante, imperméable, résistante à l’usure. Elle peut être teintée ou imprimée, et avoir la texture souhaitée. Elle est utilisée pour des sacs, des chaussures, mais aussi dans l’ameublement ou l’habillement. 
  • Les pommes sont produites presque partout, et en grande quantité. En France c’est le fruit le plus consommé (près de 18 kg par an et par foyer), cela donne une idée du potentiel incroyable de cette matière !

  • Le cuir de raisin (Vegea®) : Le Vegea est produit par la société du même nom, basée en Italie. Il est fabriqué avec le “marc de grappe” : les déchets restants après pressage des grappes de raisin, par l’industrie du vin notamment. Peaux et pépins se transforment en une matière très ressemblante au cuir.
    26 milliards de litres de vin sont produits dans le monde chaque année, il reste ensuite 7 milliards de kilos de “déchets”, qui pourront donner 3 milliards de mètres carrés de Vegea !
    La marque a présenté sa collection fin 2017, on pouvait y voir des robes, des sacs à main, et des chaussures.

  • Le liège : L’utilisation du liège comme matériau est très ancienne et variée. Des vestiges de chaussures en liège datant de 3000 av. J.-C ont même été découverts. Pourtant par la suite, il demeurait surtout utilisé pour les bouchons de bouteilles. La recherche d’alternatives au cuir l’a remis au goût du jour pour ses nombreux avantages : respirant, biodégradable, recyclable, résistant à l’eau, anti-transpirant, anti-fongique...etc. Il peut être teint ou imprimé. Il est utilisé pour des chaussures, sacs, bijoux, chapeaux, ceintures, et même des parapluies ! Son mode de récolte est très intéressant car il ne nécessite pas de couper l’arbre, mais d’enlever son écorce périodiquement. Le chêne liège a la particularité de capter encore plus de CO² pendant la régénération de son écorce. L’utilisation de ce matériau encourage la culture et l’entretien des forêts méditerranéennes abritant une riche biodiversité.

  • Le cuir d’eucalyptus : Crée par Fabian Stadler, un entrepreneur allemand, cette matière est composée de fibres d’eucalyptus issues de forêts gérées durablement (et sans pesticide) et de polyester recyclé. Il a créé sa marque : Noani. Pour le moment cette matière est utilisée dans un très large choix de ceintures garanties 100% véganes.  

  • Le cuir de bois : La marque Nat-2 est à l’origine de cette innovation. Il s’agit de bois coupé au laser en fines lamelles flexibles, puis appliquées sur une base de coton biologique. Les types de bois utilisés sont le frêne, le bouleau, l'érable, le tulipier, le noyer, le cerisier, l'orme et le hêtre. Elles sont ensuite assemblées à des semelles intérieures en liège et extérieures en caoutchouc. La marque a lancé une collection avec plusieurs modèles de baskets vegan.   

  • Le cuir de feuilles (Leaf Leather) : L’entreprise Tree vibes fabrique une alternative au cuir en superposant des feuilles de Teck sur une base de coton. Recouverte d’une feuille de BOPP (film polypropylène co-extrudé) elle devient résistante à l’eau et à l’usure. Malgré cette matière synthétique ajoutée, le produit reste plus écologique que le cuir ou les similis à base de plastique. La production est basée en Thaïlande, où la société re-plante 10 arbres pour chaque vente. La récolte des feuilles est durable puisqu’elle n’implique pas l'abattage des arbres. Les produits ainsi conçus ont l’avantage de laisser apparaitre le veinage des feuilles, ce qui donne une esthétique très végétale. Pour le moment cette matière est utilisée pour des sacs, carnets, portefeuilles...etc

  • Le cuir de champignons (Muskin ™) : Il est produit par Grado Zero Espace, un fabricant Italien, à l’aide d’un gros champignon poussant sur les troncs d’arbre, le Phellinus ellipsoideus. Cette matière de couleur marron est douce, peut être très flexible ou rigide selon les besoins. Sa fabrication n’emploie pas de produits chimiques. Elle a aussi l’avantage de réguler la transpiration, et de limiter la prolifération de bactéries, ce qui la rend très intéressante dans la fabrication de chaussures. Elle est aussi utilisée pour fabriquer des sacs, bracelets de montres…etc. Elle n’est pas naturellement waterproof mais à l’aide de traitement à base de cire il est possible de la rendre résistante à l’eau. C’est une matière végane, approuvée par Peta.

  • Le cuir d’hévéa : Le matériau utilisé est la sève d’hévéa d’Amazonie qui sert également à fabriquer le caoutchouc. Récoltée sur les arbres, puis séché, la matière appelée “tissu de la forêt” prend la couleur du cuir, et peut être façonnée en sac, bijoux ou en pièces de vêtements (encore peu nombreux sur le marché). Attention la culture de l'hévéa, comme celle du palmier à huile, peut aussi cacher un désastre écologique. En effet des monocultures ont été mises en place par l’industrie du pneu, dans certaines zones où cet arbre a été importé. En parallèle une coopérative de petits producteurs subsiste en Amazonie dans les réserves forestières. La vente de ces produits en “tissu de la forêt” est un moyen pour eux de pouvoir continuer à vivre sur leurs terres, en évitant la migration vers des zones urbaines. Il convient donc de veiller à l’origine artisanale des produits et matériaux.

  • Le cuir d’algue (Seaweed leather) : La designer Julia Lohmann a eu l’idée de travailler cette matière. Les algues sont coupées en bandes qui seront ensuite superposées et découpées au laser. La créatrice a souhaité tirer partie de la transparence du matériau pour en faire des lampes, des accessoires de mode, ou des sculptures. Cette matière est encore peu utilisée, il est possible qu’avec le temps elle révèle tout son potentiel. Attention de ne pas confondre le cuir d’algue avec le cuir de poisson (souvent appelé fish leather, mais pouvant avoir d’autres appelations).

La liste s'allonge et de nombreuses alternatives existent encore. Nous vous les feront découvrir dans notre prochain article à paraître la semaine prochaine où vous découvrirez d'autres alternatives naturelles mais aussi synthétiques. Nous y aborderont également la question du coût et d'autres matériaux surprenants.  A suivre donc...